Précarité et (non-)recours aux aides financières au Luxembourg: Une étude qualitative

Anne Franziskus, Anne-Catherine Guio

Research output: Book/ReportCommissioned report

64 Downloads (Pure)

Abstract

Au Luxembourg, environ un cinquième de la population est confronté au risque de pauvreté ou d’exclusion sociale selon les derniers chiffres du STATEC (basés sur les Statistiques sur le revenu et les conditions de vie (EU-SILC) récoltées en 2022). Il y a quelques années, le Luxembourg s’est engagé à diminuer ce nombre d’environ un sixième d’ici à 2030.
Pour y parvenir, le Luxembourg dispose d’une batterie d’instruments permettant de soutenir les ménages à revenu modeste ; mais il n’existe que très peu d’études sur le recours à ces instruments et sur la manière dont ceux-ci aident les personnes en situation financière difficile. Ces quelques études montrent des estimations du taux de non-recours très élevées : de l’ordre de 40% pour l’Allocation Vie Chère et de 80% pour la subvention de loyer. Pour les autres subventions, aucune information quantitative n’est disponible. Or si le Luxembourg veut atteindre son objectif de réduction de la pauvreté et de l’exclusion sociale d’ici à 2030, il est important de pouvoir approcher au plus près la question du non-recours.
Pour ce faire et afin de compléter l’approche quantitative habituellement utilisée, ce rapport présente une étude qualitative qui vise à prendre en compte le vécu des personnes en précarité ou à la limite de la précarité au sens large. Des personnes ayant eu recours, recourant partiellement ou ne recourant pas aux aides ont ainsi été interrogées lors d’entretiens approfondis. En tout, 35 entretiens d’une durée moyenne d’environ 1h ont été réalisés entre janvier et août 2023.
Original languageFrench
Place of PublicationEsch-Belval
PublisherLISER
Commissioning bodyChambre des Salariés (CSL)
Number of pages116
Publication statusPublished - 21 Feb 2024

Publication series

NameRapports du LISER

Cite this