Le travail frontalier au Luxembourg : une composante essentielle et incontournable de l'emploi salarié

Pierre Gramme

Résultats de recherche: Papier de travailWorking paper

2 Téléchargements (Pure)

Résumé

Sur 363 925 salariés travaillant au Luxembourg au 30 septembre 2012, 158 954, (soit 43,7 %) sont des travailleurs frontaliers : ? Près de la moitié d'entre eux 49,4 % résident en France, ? 25,2 % en Belgique et ? 25,4 % en Allemagne. En 1985, ils n'étaient qu'un peu plus de 16 000, dont une majorité résidant en Belgique (7 200) et en France (7 000). Après une très forte croissance des flux en provenance de France, ce sont les salariés résidant en Allemagne qui connaissent depuis quelques années le taux de croissance le plus élevé. La main-d'œuvre frontalière est majoritairement masculine (65,8 %). Toujours plus nombreux, ces travailleurs salariés ont depuis les années 2000, et en fonction des évolutions du marché du travail et de la conjoncture socio-économique, changé diront certains, évolué et se sont adaptés, nuancerons d'autres. Chaque catégorie de frontaliers a ses caractéristiques particulières. Le présent Cahier transfrontalier fait le point sur les frontaliers résidant en France, en Belgique et en Allemagne.
langue originaleFrançais
ÉditeurCEPS/INSTEAD
Nombre de pages8
étatPublié - 2013
Modification externeOui

Série de publications

NomCahiers transfrontaliers d'EURES
EditeurCEPS/INSTEAD
Numéro3/2013

mots-clés

  • Allemagne
  • Belgique
  • Emploi salarié
  • France
  • Luxembourg
  • Travail frontalier

Contient cette citation