La construction de logements : entre consommation foncière nette et reconstruction de terrains. Etude sur le Grand-Duché de Luxembourg entre 2004 et 2010, version longue

Résultats de recherche: Autre contribution

10 Téléchargements (Pure)

Résumé

Dans une société qui connaît une croissance importante de la population en raison d'une forte immigration, et dans laquelle le nombre de ménages s'agrandit du fait de la diminution de leur taille, la création de nouveaux logements en nombre suffisant est un enjeu crucial. Une des missions de l'Observatoire de l'Habitat est de mesurer la superficie foncière ayant été utilisée pour créer de nouveaux logements et d'en déduire la densité de ceux qui sont habités. Ce document présente les résultats pour la période d'observation allant de 2004 à 2010. Les nouveaux logements peuvent être construits, soit sur des terrains libres de toute construction (on parle alors de « consommation foncière »), soit sur des terrains sur lesquels un bâtiment a été démoli pour en reconstruire un nouveau, ils seront alors qualifiés de « terrains reconstruits ». La superficie foncière consommée par l'habitat et présentée dans ce rapport est dite « nette », car c'est à l'échelle de la parcelle que les résultats sont restitués. Par opposition, la consommation foncière « brute » fait référence à l'ensemble des espaces consommés au sein d'une zone d'habitat, ce qui inclut la voirie, les trottoirs et autres aménagements. L'Observatoire de l'Habitat analyse donc les utilisations de terrains pour la construction de logements sous forme de consommation foncière nette et de reconstruction.
langue originaleFrançais
EditeurCEPS/INSTEAD
Nombre de pages42
étatPublié - 2013

Série de publications

NomDossiers thématiques (Observatoire de l'Habitat)
EditeurCEPS/INSTEAD
Numéro9-2013

mots-clés

  • Luxembourg
  • consommation foncière
  • construction
  • logements
  • reconstruction

Collections du LISER

  • Observatoire de l'Habitat

Contient cette citation